Collège National d'Audioprothèse

Collège National d'Audioprothèse

Bilan pré-prothétique : la clé du contrôle d'efficacité

J. GUTLEBEN / S. LAURENT

Sondage

Le premier sondage concerne vos pratiques lors d'un premier rendez-vous. Comment évaluez-vous l'audition du patient durant cette séance ? Les questions sont les suivantes :

03-01.png

98 votes reçus

Un grand nombre de sondés n'effectuent pas de test oreilles nues en champ libre. Plus de 33 % le réalisent occasionnellement. 28 % l'opèrent systématiquement.

03-02.png

91 votes reçus

Concernant l'audiométrie vocale oreilles nues dans le silence lors du premier rendez-vous, un pourcentage important d'audioprothésistes répond qu'il le réalise toujours. Quelques personnes le font occasionnellement, certaines ne l'accomplissent pas. Ce test vous préoccupe néanmoins. Il reflète les difficultés du patient pour la compréhension des paroles, qu'il soit réalisé avec des logatomes, des phrases ou des mots. Il permet de se former une première idée des difficultés. (François DEJEAN).

Est ce que l'ANL peut être intéressant lors de ce premier rendez vous ?

J.G. :L'ANL est un test prédictif du succès. Il n'est pas destiné à évaluer un bénéfice, à comparer un avant et un après. Pour mémoire, il consiste à faire entendre un texte à un niveau confortable, augmenter le bruit environnant et demander au patient quand il ressent une gêne. Une étude statistique très importante, effectuée depuis plusieurs années, montre qu'à partir d'un certain niveau de gêne, l'appareillage est difficile. Il convient d'observer une écologie et une économie du premier rendez-vous. Tous les tests ne peuvent pas être pratiqués. Celui-ci est intéressant. Toutefois, il est nécessaire de l'avoir fréquemment utilisé pour être capable d'en exploiter les résultats. L'ANL peut être intéressant dans la mesure où il apporte une information à valeur prédictive sur la réussite de l'appareillage, cette dernière étant liée à la capacité du patient à résister au bruit pour percevoir la parole. En revanche, l'ANL n'a pas d'utilité dans l'évaluation du bénéfice prothétique.

Quel type de questionnaire utilisez-vous le plus souvent ? Merci

J.G. : Dans une logique "avant-après" d'évaluation du bénéfice prothétique, les questionnaires à privilégier sont l'APHAB, le COSI, ou le GHABP.

S'il on peut donner 3 à 5 facteurs clés de succès quels seraient-ils ?

J.G. : L'adaptation prothétique étant très opérateur-dépendant, le premier facteur de succès (ou d'échec) de cette adaptation me semble être l'audioprothésiste lui-même (ses connaissances, son expérience, son empathie, sa force de conviction) ; le deuxième facteur de succès est le patient (ses troubles auditifs et cognitifs, sa motivation, ses objectifs) ; et le dernier facteur serait l'aide auditive.

S.L. : Il en existe plusieurs. Il convient de procéder à une évaluation quantitative de la perte de sensibilité. Elle est importante et devra être reliée à d'autres aspects. Plus vous envisagerez des critères de communication, d'intelligibilité, plus ils seront difficiles à retenir.

J'apprécie de balayer un spectre relativement large à partir de la tonale, d'observer le comportement des patients vis-à-vis du son en général. La perte d'audition les affecte dans tous les domaines de la vie. La perte de compréhension entraîne une souffrance psychique.

L'évaluation tonale reste importante. La vocale contient plusieurs "tiroirs", depuis les logatomes jusqu'aux phrases. Parfois, il est possible d'utiliser le test de span pour évoquer les problèmes de mémoire immédiate.

Plus vous entrerez dans des aspects comportementaux, plus l'analyse sera complexe.

En facteur clé, il convient d'évaluer énergétiquement en tonale, de tester la compréhension même dans le bruit et d'apprécier la qualité de vie.

Où peut-on trouver ces questionnaires ?

J.G. : Sur internet, auprès des fabricants, auprès de vos confrères.

Le test ANL est-il disponible à la vente ?

J.G. : ce test ne nécessite qu'un matériel d'audiométrie en champ libre classique, et peut se pratiquer sans licence.

Il a été évoqué la limite de durée du 1er RDV qui limite nos investigations. Quid du temps que le patient veux bien consacrer à ce 1er RDV. Les comportements changent et les patient "tournent" de plus en plus. Cette situation regrettable ne peut être ignorée. Merci

J.G. Quand vous dites que les patients tournent, je comprends qu'ils comparent les audioprothésistes de leur ville. Cette démarche me semble logique de leur part : je considère qu'ils sont à la recherche du professionnel qui leur proposera la prise en charge la plus qualitative. D'où l'intérêt de leur consacrer du temps, même si notre prise en charge initiale doit se répartir sur plusieurs rendez-vous afin de s'adapter à la disponibilité matérielle ou cognitive du patient candidat. Les études présentées ont clairement montré la corrélation entre la satisfaction finale et la qualité de la prise en charge initiale




©2017 Collège National d'Audioprothèse - Tous droits réservés - Site réalisé par Audition France Innovation