Collège National d'Audioprothèse

Collège National d'Audioprothèse

Les questionnaires en audioprothèse : quand le ressenti et les émotions se mêlent aux mesures objectives

François DEJEAN /Philippe LURQUIN

Sondage

11-01.png

39 votes reçus

11-02.png

32 votes reçus

11-03.png

32 votes reçus

11-04.png

43 votes reçus

11-05.png

46 votes reçus

11-06.png

128 votes reçus

11-07.png

77 votes reçus

Questions

La norme AFNOR impose l'envoi d'un questionnaire de satisfaction post-appareillage anonyme à six mois. Existe-t-il un questionnaire référencé ? Rien n'est stipulé dans la norme.

F.D. : Le délai de six mois est satisfaisant. Des abandons précoces peuvent survenir entre deux et trois mois. A ma connaissance, il n'existe pas de questionnaire référencé ayant fait l'objet d'un consensus.

Existe-t-il des questionnaires évolutifs pour le suivi des enfants ?

F.D. : Nous n'avons pas examiné les questionnaires des enfants, qui sont plutôt ceux des parents des enfants. Il existe des questionnaires évolutifs : l'IT-MAIS (Infant Todler Meaningful Auditory Integration Scale), le LittleEars. Ce n'était pas l'objet de notre communication.

Demander au patient de compléter un questionnaire de satisfaction n'a-t-il pas en soi pour effet d'augmenter sa satisfaction ?

P.L. : Oui, dire au patient qu'il entre dans une étude engendre chez lui une espèce d'intérêt supplémentaire et améliore sa satisfaction. En Belgique, certaines entreprises font savoir qu'elles cherchent des personnes pour réaliser une étude, attirent des malentendants pour ensuite les engager dans une démarche commerciale.

F.D. : Aux Etats-Unis, l'étude Taylor a montré que donner la parole au patient au travers d'un questionnaire améliore sa satisfaction d'environ 10 %.

Le collège national ou l'UNSAF pourrait-il proposer un questionnaire propre, par et pour l'exercice de la profession en France ?

P.L. : Sur le plan des pratiques ce serait certainement une bonne idée plutôt que le vide actuel. Sur le plan international le mieux serait quand même de pouvoir comparer les pratiques entre elles et dans ce cas un des questionnaires présentés serait une meilleure solution

Un questionnaire doit-il être rempli seul ou accompagné ?

P.L. : La lecture et l'écriture voire la compréhension des questions peut être difficile pour certains patients âgés ou allochtones. Dans ce cas mieux vaut accompagner. Dans les autres cas l'autonomie peut être prônée

Existe-t-il des questionnaires évolutifs pour le suivi des enfants?

Quels sont les questionnaires valides en Français ?

P.L. : La liste ne sera pas exhaustive : Le IOI-HA certainement, le THI, le TQ

Existe t il des applications de questionnaires utilisables sur smartphone?

P.L. : Voilà une bonne idée de TFE...

Quel est le questionnaire le plus adapté pour traiter à la fois des troubles de la compréhension et des acouphènes ?

P.L. : L'interview structurée de Jastreboff ou sa version française complétée, modernisée et validée : le BAHIA

En pratique quotidienne lequel choisir ?

P.L. : Voir notre article : tout dépendra de ce que vous désirez mesurer ; le SADL parait un des plus complets auquel on peut ajouter un questionnaire orienté client comme le COSI. Pour les acouphènes le THI est très populaire

Le COSI est obligatoire en Belgique. Qu'en est-il en France?

P.L. : Rien n'est prévu mais la procédure de contrôle de gain vocal par l'ORL après essai concluant est aussi propre au plat pays . Ceci implique un second rendez-vous chez l'ORL

À quel moment faire le questionnaire initial, avant le RDV, à domicile ou dans la salle d'attente ou encore pendant le 1er rdv avant/après audiométrie?

P.L. : Au choix par contre l'important est de toujours utiliser la même procédure




©2017 Collège National d'Audioprothèse - Tous droits réservés - Site réalisé par Audition France Innovation