Collège National d'Audioprothèse

Collège National d'Audioprothèse
Précis d'audioprothèse tome II - Le choix prothétique
SOMMAIRE


Liste des auteursP.6
PréfaceP.9
Avant-proposP.11
IntroductionP.15
CHAPITRE I
“PARLONS TOUS LE MÊME LANGAGE” - MESURES ET GAINS UTILISÉS POUR LE CHOIX PROTHÉTIQUEP.35
I. INTRODUCTIONP.35
II. TERMINOLOGIE - MESURES ET GAINSP.37
II.1. Mesures en AudioprothèseP.37
II.2. Gains en AudioprothèseP.37
III. GAINS UTILISÉS PAR LES MÉTHODES DE CHOIX PROTHÉTIQUEP.39
III.1. Le gain fonctionnelP.40
III.2. Le gain au coupleur de deux centimètres cubes (2cc)P.42
III.3. Les gains obtenus par des mesures in vivo ou in situP.44
III.3.1. Gain naturel de l’oreille et gain naturel de l’oreille simuléP.44
III.3.2. Gain in vivo et Gain in vivo simuléP.45
III.3.3. Gain d’insertion et gain d’insertion simuléP.48
III.3.4. Aspects pratiques des mesures in vivoP.50
IV. RELATIONS ENTRE LES GAINS UTILISÉS POUR LE CHOIX PROTHÉTIQUEP.50
IV.1. Gain fonctionnel et gain d’insertionP.50
IV.2. Différence entre pression acoustique en fond de conduit appareillé et pression acoustique au coupleur 2ccP.52
IV.3. Gain d’insertion et gain au 2ccP.52
IV.4. Influence de l’éventP.54
V. ÉPILOGUEP.54
VI. CONCLUSIONP.55
VII. ANNEXESP.56
VII.1. Résumé des abréviationsP.56
VII.2. Résumé des gainsP.56
VII.3. Résumé des différencesP.57
VIII. BIBLIOGRAPHIEP.57
CHAPITRE II
HISTORIQUE DES MÉTHODES DE CHOIX PROTHÉTIQUEP.61
I. INTRODUCTIONP.61
II. UNE MÉTHODE EST-ELLE UTILE À LA PRÉDÉTERMINATION DU GAIN “IDÉAL” ?P.61
III. LES MOTIFS D’ÉVOLUTION DES MÉTHODES DE CHOIX PROTHÉTIQUEP.62
III.1. évolution liée au fonctionnement de l’aide auditiveP.62
III.2. évolution liée aux appareils de mesureP.62
III.3. évolution en raison des composants de la prothèse auditiveP.63
III.4. évolution en fonction du positionnement de l’écouteurP.63
IV. LES DIFFÉRENTS COURANTS HISTORIQUESP.63
IV.1. Les seuils audiométriquesP.64
IV.1.1. Seuil liminaire d’auditionP.64
IV.1.2. Niveau confortableP.64
IV.1.3. Niveau d’inconfortP.64
IV.1.4. Test de discrimination vocaleP.64
IV.2. Les grands courantsP.64
IV.2.1. Méthode basée sur le seuil auditif ou miroir totalP.65
IV.2.1.1. Méthode du miroir partiel à coefficient multiplicateur constantP.65
IV.2.1.1.1. Miroir total corrigé d’une intensité constanteP.65
IV.2.1.1.2. Règle du demi-gainP.66
IV.2.1.1.3. Le P.O.G.O.P.66
IV.2.1.1.4. Méthodologie du tiers de gainP.67
IV.2.1.2. Miroir partiel à coefficient multiplicateur différent suivant la fréquenceP.67
IV.2.1.2.1. Demi-gain prenant en compte le spectre de la paroleP.67
IV.2.1.2.2. Calcul du niveau de sortie maximumP.67
IV.2.1.3. Règle basée sur la pente de la perte auditiveP.68
IV.2.1.3.1. Règle de la pente 1/4P.68
IV.2.1.3.2. La Formule de BERGERP.68
IV.2.1.3.3. N.A.L. P.69
IV.2.1.3.4. Méthode D.S.L.P.69
IV.2.1.4. Méthode basée sur le seuil auditif et la perception d’index articulatoiresP.70
IV.2.2. Méthodes basées sur le niveau de confortP.71
IV.2.2.1. Approche primaireP.71
IV.2.2.2. Méthode de KEE basée sur le seuil de confortP.71
IV.2.2.3. Méthode de SHAPIRO basée sur le seuil de confortP.71
IV.2.2.4. Méthode Ortho-téléphonique ou AuramétrieP.71
IV.2.2.5. Méthode C.I.D. MCLP.72
IV.2.2.6. Méthode C.T.M.P.72
IV.2.2.7. Méthodes de calcul basé sur le relevé d’une bande de confortP.72
IV.2.2.7.1. OtométrieP.72
IV.2.2.7.2. Méthode PASCOEP.73
IV.2.2.7.3. Méthode L.G.O.B.P.73
IV.2.2.7.4. Méthode du groupe I.H.A.F.F.P.74
IV.2.3. Méthodes basées sur une bissection de la dynamiqueP.74
IV.2.3.1. Méthode BALBIP.74
IV.2.3.2. Méthode de WALLENFELSP.74
IV.2.3.3. Méthode KONIGP.74
IV.2.3.4. Méthode KELLERP.74
IV.2.3.5. Méthode BOORSMAP.75
IV.2.3.6. Méthode du Pré-réglage de RENARDP.75
V. CONCLUSIONP.75
VI. BIBLIOGRAPHIEP.75
CHAPITRE III
LES MÉTHODES LIMINAIRESP.79
I. INTRODUCTIONP.79
I.1. Définition d’une méthode liminaireP.79
I.2. Méthodes prospectives et méthodes rétrospectivesP.80
I.2.1. Méthodes prospectivesP.80
I.2.2. Méthodes rétrospectivesP.80
I.3. Méthodes de soustraction et méthodes de quotientP.80
I.3.1. Méthodes de soustractionP.80
I.3.2. Méthodes de quotientP.80
I.4. Les différentes méthodes liminairesP.81
II. LYBARGER (1953) : MÉTHODE DU DEMI-GAINP.81
III. MÉTHODE DE BYRNE ET TONISSON (1976)P.83
IV. MÉTHODE DE BERGER (1980)P.85
V. MÉTHODE P.O.G.O. DE Mc CANDLESS ET LYREGAARD (1983)P.88
VI. MÉTHODE DE LIBBY (1985)P.91
VII. MÉTHODE N.A.L. DE BYRNE ET DILLION (1986)P.93
VIII. MÉTHODE P.O.G.O. II DE 1987P.95
IX. MÉTHODE S.A.S. (1994)P.96
X. FIG.6 (1994) DE KILLIONP.102
XI. CONCLUSIONP.104
XII. BIBLIOGRAPHIEP.105
CHAPITRE IV
APPLICATION DES MÉTHODES LIMINAIRES AU CALCUL DE GAIN. APPORT DE L’INFORMATIQUEP.109
I. Les services que l’on peut attendre d’un logiciel de programmationP.109
I.1. Comment sont proposées les méthodesP.109
I.2. Paramétrage des conditions de mesure du gainP.110
I.2.1. Choix des coupleursP.110
I.2.2. Choix des niveaux d’entréeP.110
I.2.3. Choix des embouts, des évents, des tubes, des coudesP.110
I.2.4. Prise en compte de la résonance de l’oreille nueP.110
I.2.5. Maintien des gains cibles à l’écranP.110
I.2.6. Courbes de transfert I/OP.110
I.3. Transfert vers les chaînes des mesures in vivoP.110
I.4. Les méthodes personnellesP.110
I.4.1. Les modifications de méthodeP.111
I.4.2. Création de méthodeP.111
I.5. Informations pendant l’appareillageP.111
I.6. Aide en ligne et mode d’emploiP.111
I.7. Le mode “préférence”P.111
II. Présentation systématique des principaux logicielsP.112
II.1. COMPASS de WIDEXP.112
II.2. CONNEXXP.113
II.3. DANAFIT de DANAVOXP.115
II.4. INTRASONP.116
II.5. OASIS de BERNAFONP.117
II.6. OTISET d’OTICONP.118
II.7. PFA de PHILIPSP.120
II.8. PFG 6 de PHONAKP.121
II.9. PFS de STARKEYP.122
II.10. PROSONIC d’ISOSONICP.123
II.11. RESOURCE de RESOUNDP.124
II.12. SONARP.125
III. Si nous devions définir le logiciel idéalP.125
IV. Intérêt du mode “préférence utilisateur”P.126
V. Perspectives Noah 3P.126
VI. CONCLUSIONP.126
CHAPITRE V
INTÉRÊTS ET LIMITES DES MÉTHODES LIMINAIRESP.129
I. INTRODUCTIONP.129
II. APPORT DES MÉTHODES LIMINAIRESP.129
III. CHOISIR UNE MÉTHODEP.130
IV. DéFINITION DU GAINP.131
V. LIMITES DES MÉTHODES LIMINAIRESP.131
VI. AVENIR DES MÉTHODES LIMINAIRESP.132
VII. CONCLUSIONP.132
CHAPITRE VI
CHAMP DYNAMIQUE ET RELATION SENSATION-INTENSITÉP.135
I. RAPPELS À PROPOS DE DEUX REPRÉSENTATIONS CLASSIQUESP.135
1.1. Conséquences logiques à propos de la représentation du champ dynamique par robinson et dadsonP.135
I.1.1. ObservationsP.135
I.1.2. ConséquencesP.136
I.2. La représentation de Stevens et la relation sensation/intensitéP.136
I.2.1. ObservationsP.136
I.2.2. Modélisation mathématiqueP.137
I.3. Interprétation généraleP.138
II. CONDITIONS GÉNÉRALES DE MISE EN PLACE DE TESTS À CARACTèRE PSYCHOACOUSTIQUEP.138
II.1. Mise en place de l’expérienceP.139
II.1.1. L’organisation matérielleP.139
II.1.2. Le comportement du sujetP.139
II.2. Définition d’une échelleP.140
II.2.1. Les échelles ordinalesP.140
II.2.2. Les échelles de mesureP.140
II.3. Méthodes classiques d’obtention des résultats en psychoacoustiqueP.140
II.3.1. La méthode d’ajustementP.140
II.3.2. La méthode des limitesP.140
II.3.3. La méthode des stimuli constantsP.140
II.3.4. La méthode des échellesP.140
II.3.5. La méthode des catégoriesP.141
II.4. Le problème des valeurs à retenirP.141
III. ANALYSE ET DISCUSSION DE RéSULTATS OBTENUS DANS DES CONDITIONS D’EXPéRIMENTATION EN CLINIQUE PROTHÉTIQUEP.141
III.1. Recherche d’une fonction de sensation individuelleP.141
III.1.1. Analyse des résultats de HELLMAN et MEISELMAN (Northeastern University Boston MA)P.142
III.1.2. Analyse des résultats de GELLER et MARGOLIS (1984 a) et de KNIGHT et MARGOLIS (1984 b)P.143
III.2. La relation entre fonction de sensation et sensibilité différentielle en intensitéP.145
III.2.1. Analyse des résultats de SCHLAUCH (Université de Washington) et de WIER (Université du Texas, Austin) (1987). Premier tempsP.145
III.2.2. Deuxième tempsP.145
III.2.3. Troisième tempsP.146
III.2.4. Quatrième tempsP.146
IV. DISCUSSION ET APPLICATIONP.146
V. BIBLIOGRAPHIEP.147
CHAPITRE VII
LES MÉTHODES SUPRALIMINAIRESP.151
I. INTRODUCTIONP.151
I.1. Le spectre à long terme de la paroleP.151
I.2. Le rapport signal sur bruitP.152
I.3. L’index d’articulationP.153
I.4. Le temporelP.154
I.5. Les méthodesP.155
II. Procédure PASCOEP.156
II.1. IntroductionP.156
II.2. ExpérimentationP.156
II.3. Les bases de la méthode PASCOEP.158
II.4. Procédure PASCOE : les étapesP.158
II.4.1. 1ère étapeP.158
II.4.2. 2ème étapeP.160
II.4.3. 3ème étapeP.161
II.4.4. 4ème étapeP.161
II.4.5. 5ème étapeP.161
II.4.6. 6ème étapeP.161
II.4.7. 7ème étapeP.162
II.5. ConclusionP.162
III. REMARQUES : DE L’IMPORTANCE DES CONSIGNESP.162
III.1. Instructions pour la recherche du MCL (DIRKS et KAMM, 1976) et du LDL (DIRKS et KAMM, 1976 ; COX, 1981)P.163
III.1.1. Instructions pour la recherche du MCL (DIRKS et KAMM, 1976)
P.163
III.1.2. Instructions pour la recherche du LDL (DIRKS et KAMM, 1976)
P.163
III.1.3. Instructions pour la recherche du LDL (COX, 1981)P.163
IV. LA MÉTHODE DSL (Desired Sensation Level méthod for fitting Children Seewald 1987)P.164
IV.1. IntroductionP.164
IV.2. Réflexion sur les examens d’orientation prothétiqueP.164
IV.3. Détermination des caractéristiques acoustiquesP.164
IV.3.1. RECDsP.165
IV.3.2. REURP.165
IV.4. Remarques sur les sélections électroacoustiquesP.166
IV.5. Calcul des 7 paramètres en fonction des seuils d’auditionP.166
IV.6. Applications et réflexions sur l’adaptation et le bilan d’efficacité prothétiqueP.167
V. INDÉPENDANT HEARING AID FITTING FORUM (IHAFF PROTOCOL, 1993)P.168
V.1. ObjectifsP.168
V.2. PhilosophieP.168
V.3. Références utilisées : le test contourP.168
V.4. RésultatsP.169
V.5. ConclusionP.169
V.6. Procédure de choixP.170
V.7. Input/Output : la Méthode VIOLAP.170
V.8. ConclusionP.172
VI. LES MÉTHODES LGOB, SCALADAPT 1996, MCR 1996P.172
VI.1. Procédure de réglageP.174
VI.1.1. Réglage de la compressionP.174
VII. MÉTHODE DE KELLER 1973 : LA DIFFÉRENCE ISOPHONIQUEP.174
VII.1. IntroductionP.174
VII.2. Calcul du gain d’insertionP.175
VII.2.1. Calcul du niveau de confort du malentendantP.175
VII.3. La différence à 75 phonesP.176
VII.4. La différence isophonique modifiéeP.176
VII.5. Le maximum de sortie (MPO / max SSPL)P.177
VII.5.1. Différence isophonique corrigée et champ dynamiqueP.178
VII.6. ConclusionP.178
VII.6.1. En synthèseP.178
VIII. COMPARAISONS DE DIFFÉRENTES PROCéDURESP.179
VIII.1. CommentairesP.179
VIII.1.1. Procédures basées sur le MCL (CID, SHAPIRO)P.179
VIII.1.2. Procédures basées sur la division de l’aire dynamique résiduelle (MSUv3, BRAGG)P.179
VIII.1.3. Procédure de LEVITTP.180
VIII.1.4. Deux procédures basées sur le seuilP.180
VIII.2. Comparaison de ces différentes procéduresP.180
VIII.2.1. Comparaison entre méthodes supraliminaires et liminairesP.181
VIII.2.2. Analyse statistique des résultatsP.184
VIII.2.3. En conclusion : trois groupes sont constituésP.185
VIII.3. ConclusionP.186
IX. MÉTHODE D’AUDIO éMERGENCE (URGELL, 1994)P.186
IX.1. RéférencesP.186
IX.2. ObjectifP.186
IX.3. StratégieP.187
IX.4. PrincipeP.187
IX.5. CommentairesP.188
X. LA MÉTHODE INTERACTIVE (DODELE, 1994)P.188
X.1. IntroductionP.188
X.2. Objectifs de la méthode InterActiveP.188
X.3. Description de l’équipementP.189
X.4. Description des StimuliP.190
X.5. Description des testsP.190
X.5.1. Mesure du GUIP.190
X.5.2. Mesure de l’EDIP.192
X.5.3. Conclusions des deux testsP.193
X.6. En résuméP.195
XI. LE PRÉ-RÉGLAGE DE RENARD ET LE C.T.M. DE LE HERP.195
XII. LES MÉTHODES SUPRALIMINAIRES - CONCLUSIONP.195
XII.1. Leurs intérêtsP.195
XII.2. Leurs limitesP.196
XIII. cas pratiquesP.197
IV. BIBLIOGRAPHIEP.203
CHAPITRE VIII
PRÉSENTATION DÉTAILLÉEE DU PRÉ-RÉGLAGEP.207
I. INTRODUCTIONP.207
II. BILAN D’ORIENTATION PROTHÉTIQUEP.209
III. Choix prothétique par la méthode du Pré-réglageP.212
III.1. Principe du Pré-réglageP.212
III.2. Cheminement intellectuelP.213
III.3. Processus d’applicationP.221
III.3.1. Solution la plus logiqueP.221
III.3.2. Solution la plus simpleP.221
IV. ÉTUDE DES DIFFÉRENTES CORRECTIONSP.224
IV.1. Au niveau de la Médiane Théorique de la DynamiqueP.224
IV.1.1. Transformation des valeurs HTL de la Médiane Théorique de la Dynamique en dB SPLP.224
IV.1.2. Corrections à apporter à cause de l’utilisation d’un signal d’entrée à intensité fixe de 60 dB SPLP.225
IV.1.3. Résumé des deux premières corrections à apporter à la M.T.D.P.227
IV.1.4. Corrections à apporter en fonction du coupleur utilisé dans la chaîne de mesures par rapport aux mesures in vivoP.228
IV.1.5. Résumé des trois corrections à apporter à la M.T.D. selon le coupleur utilisé dans la chaîne de mesuresP.245
IV.2. Au niveau des Seuils Subjectifs d’InconfortP.254
IV.2.1. Transformation des valeurs HTL du Seuil Subjectif d’Inconfort en dB SPLP.254
IV.2.2. Corrections à apporter en fonction du coupleur utilisé dans la chaîne de mesures par rapport aux mesures in vivoP.255
IV.2.3. Résumé des deux corrections à apporter au S.S.I. selon le coupleur utilisé dans la chaîne de mesuresP.258
V. DYNAMIQUE TONALE ET DYNAMIQUE VOCALEP.260
VI. EXPLOITATION DE LA DYNAMIQUE RÉSIDUELLE DU SOURDP.295
VI.1. Régulation des divers signaux dans la dynamique résiduelleP.295
VI.2. Action sur le seuil d’enclenchement et le facteur de compression pour améliorer la perception des sons faiblesP.300
VI.3. Le Pré-réglage et les aides auditives à gain adaptatifP.306
VI.3.1. But du gain adaptatifP.307
VI.3.2. Calcul du gain en fonction du niveau d’entrée pour une aide auditive à gain adaptatif dont le facteur de compression est constantP.308
VI.3.3. Calcul du gain en fonction du niveau d’entrée pour une aide auditive à gain adaptatif dont le facteur de compression n’est pas constantP.313
VII. ATTÉNUATION DES FRÉQUENCES GRAVESP.314
VIII. MESURES IN VIVO (pour mémoire)P.317
VIII.1. Rappel historiqueP.317
VIII.2. Mesure in vivo du gain prescrit par le Pré-réglageP.319
VIII.3. La mesure “In Vivo Simulé”P.323
VIII.3.1. Mesure du GainP.323
VIII.3.1.1. Mesure du Gain d’Insertion (GI)P.323
VIII.3.1.2. Mesure du Gain au Coupleur (GC)P.323
VIII.3.1.3. Calcul du CORET Gain (CORET G)P.323
VIII.3.1.4. Modification du Gain-CibleP.323
VIII.3.2. Mesure du Niveau de SortieP.323
VIII.3.2.1. Mesure du Niveau de Sortie In Vivo (NS IV)P.323
VIII.3.2.2. Mesure du Niveau de Sortie au Coupleur (NS C)P.324
VIII.3.2.3. Calcul du CORET Niveau de Sortie (CORET NS)P.324
VIII.3.2.4. Modification du Niveau de Sortie MaximumP.324
IX. REMARQUES ET CAS PARTICULIERSP.324
IX.1. Blocage des potentiomètresP.325
IX.2. Courbes de réponse de la prothèseP.235
IX.3. Épreuve de toléranceP.326
IX.4. Recherche du réflexe stapédien et emploi de sa valeur dans le Pré-réglageP.327
IX.5. Détermination du gain idéal de la prothèse au coupleur par transposition des valeurs HTL des milieux de dynamiqueP.331
IX.6. Appareillage d’enfants (pour mémoire)P.336
IX.7. Appareillage stéréophonique binauriculaireP.337
X. DISCUSSIONP.339
X.1. Seuil normal d’audition monauriculaire en champ libreP.339
X.2. Erreurs entraînées par l’utilisation d’un signal audiométrique variant par pas de 5 dBP.341
X.3. Erreurs entraînées par l’emploi d’un signal d’entrée fixe de 60 dB SPL dans le cas des appareils à gain linéaireP.344
X.4. Mesure du Seuil Subjectif d’InconfortP.348
X.5. Erreurs liées à la subjectivité du patientP.351
X.5.1. Au niveau de la détermination du Seuil Subjectif d’InconfortP.351
X.5.2. Au niveau de la détermination du Seuil Subjectif de ConfortP.354
XI. LES LIMITES DE LA METHODE DU PRÉ-RÉGLAGEP.356
XI.1. Cas d’un premier appareillageP.356
XI.2. Cas d’un renouvellementP.356
XI.3. Distorsion de hauteur et de tempsP.357
XI.4. Troubles de la mémoire immédiateP.357
XII. FICHES DE PRÉ-RÉGLAGEP.358
XII.1. Solution la plus logiqueP.358
XII.2. Solution la plus simpleP.359
XII.3. Fiches de Pré-réglageP.361
XIII. PRÉ-RÉGLAGE ET INFORMATIQUEP.399
XIV. CONCLUSIONP.403
XV. ANNEXESP.405
XV.1. Résumé des abréviationsP.405
XV.2. Gain Naturel de l’Oreille (GNO)P.407
XV.3. Note concernant le calcul du facteur de compression basé sur la R.A.T.P.408
XV.4. CORFIG et RECD utilisés dans le Pré-réglageP.409
XV.5. Normes NF S 30-003 du 1/9/1965 et NF ISO 226 du 5/7/1987P.410
XV.6. Société Scientifique Internationale du Pré-réglage (S.S.I.P.P.)P.411
XV.7. Présentation de casP.412
XVI. BIBLIOGRAPHIEP.438
CHAPITRE IX
PRÉSENTATION DÉTAILLÉEE DU C.T.M.P.459
I. INTRODUCTIONP.459
II. HISTORIQUEP.459
II.1. Les méthodes liminaires d’approche prothétiqueP.460
II.2. Les méthodes supraliminaires d’approche prothétiqueP.462
II.2.1. Les méthodes supraliminaires de type M.T.D.P.462
II.2.2. Les méthodes supraliminaires de type M.C.L.P.463
III. PRINCIPE DE LA MÉTHODE C.T.M.P.464
III.1. Le champ auditif C.T.M.P.465
III.1.1. Le champ auditif normalP.465
III.1.1.1. Le seuil liminaireP.466
III.1.1.2. Le niveau limite du champ auditif normalP.466
III.1.2. Le champ auditif conversationnelP.467
III.1.2.1. Le niveau limite du champ auditif conversationnelP.467
III.1.3. Les tables de conversionP.468
III.1.3.1. Pour une mesure champ libre en dB HLP.468
III.1.3.2. Pour une mesure au casque en dB HLP.469
III.1.3.3. Pour une mesure avec écouteur ER-3AP.469
III.1.4. La ligne de penteP.469
III.1.5. Les valeurs de masque du N.L.C.C.P.471
III.1.6. La notation des résultatsP.472
III.1.7. La corrélation vocale du champ auditif C.T.M.P.473
III.2. Le champ auditif C.T.M. chez le sujet malentendantP.475
III.2.1. La procédure de mesureP.475
III.2.1.1. Les conditions générales de la mesureP.475
III.2.1.2. La mesure du seuil liminaireP.477
III.2.1.3. Les seuils confortables et le seuil N.L.C.C.P.478
III.2.1.3.1. Historique et définition des différentes procédures employéesP.478
III.2.1.3.2. La procédure de recherche du seuil N.L.C.C.P.480
III.2.1.3.3. La procédure de recherche du seuil N.L.C.N.P.481
IV. L’ANALYSE DES RÉSULTATSP.482
IV.1. Préambule à l’analyse des résultatsP.482
IV.1.1. Les catégories de circuits A.G.C. P.484
IV.1.1.1. Les circuits A.G.C. instantanésP.484
IV.1.1.2. Les circuits A.G.C. de sortie ou A.G.C.O.P.485
IV.1.1.3. Les circuits A.G.C. d’entrée ou A.G.C.I.P.486
IV.1.1.4. Le facteur de compressionP.486
IV.1.2. Les corrections selon la ligne de penteP.488
IV.2. L’analyse de la dynamique résiduelleP.489
V. DÉTERMINATION DES PARAMèTRES PROTHÉTIQUESP.491
V.1. Le choix des facteurs de compression de baseP.491
V.2. Calcul des valeurs de gain cible théorique idéalP.493
V.2.1. Choix des valeurs de baseP.494
V.2.1.1. Valeurs du gain idéal de baseP.494
V.2.1.2. Valeurs du gain dynamique idéalP.496
V.2.1.2.1. Gains aux niveaux conversationnelsP.496
V.2.1.2.2. Gains aux niveaux sub-conversationnelsP.497
V.2.1.2.3. La compression aux niveaux sub-conversationnelsP.498
V.3. Choix des autres paramètres de compressionP.499
V.3.1. Le mode de compressionP.499
V.3.2. Mode de déclenchement, temps d’attaque et de retour des compresseursP.501
VI. LA MÉTHODE C.T.M. CHEZ L’ENFANTP.505
VI.1. La mesure des seuils liminaires et seuils d’inconfort chez l’enfantP.505
VI.2. Le calcul du seuil N.L.C.C. théorique chez l’enfantP.507
VI.3. Le calcul des valeurs de gain idéal chez l’enfantP.510
VI.4. Le contrôle des résultatsP.512
VII. MISE EN OEUVRE DES RÉGLAGES DÉTERMINES PAR LA MÉTHODEP.514
VII.1. La matrice des gains ciblesP.515
VII.2. L’utilisation de l’outil informatiqueP.517
VII.2.1. La mise en forme de la base de donnéesP.517
VII.2.2. La procédure de tri proposée par la méthodeP.520
VIII. CONCLUSIONP.521
IX. PRÉSENTATION DE CASP.523
X. BIBLIOGRAPHIEP.550
CHAPITRE X
MÉTHODES SUPRALIMINAIRES - ILLUSTRATION PAR DES LOGICIELS D’ADAPTATIONP.559
I. LES MÉTHODES UTILISANT EN PLUS DU SEUIL LIMINAIRE LA MESURE DU SEUIL D’INCONFORT (UCL OU NI)P.559
I.1. COMPASS de WIDEXP.559
I.2. CONNEXX de SIEMENSP.560
I.3. DANAFIT de DANAVOXP.561
I.4. OASIS de BERNAFONP.561
I.4.1. Réglage en fonction du niveau d’inconfort (UCL) des niveaux de sortie pour les méthodes liminairesP.561
I.4.2. Méthodes supraliminairesP.562
I.5. OTISET d’OTICONP.562
I.6. PFA de PHILIPSP.563
I.7. PFG de PHONAKP.563
I.8. PFS de STARKEYP.564
I.9. PROSONIC d’ISOSONICP.564
II. LES MÉTHODES NÉCESSITANT UN MATÉRIEL AUDIOMÉTRIQUE SPÉCIFIQUE POUR L’EVALUATION DU COMPORTEMENT DYNAMIQUE DE L’OREILLEP.566
II.1. Le test LGOB (RESOUND)P.566
II.2. Les tests dérivés du LGOBP.567
II.2.1. Test SCALADAPT (échelle d’intensité) (DANAVOX)P.567
II.2.2. Test CONNEXXP.568
II.2.3. Test de progression de la sensation sonore du PFS 6000 de STARKEYP.568
III. LES MÉTHODES SUPPORTÉES PAR LA PROTHÈSE ELLE-MÊMEP.570
IV. VÉRIFICATION IN VIVO DE LA CONCORDANCE ENTRE LES GAINS PROPOSÉS PAR LES LOGICIELS ET LES GAINS MESURÉSP.571
V. CONCLUSIONP.571
CONCLUSIONP.573
ANNEXESP.576
I. TEXTES RÉGLEMENTAIRES FRANÇAISP.577
II. RECOMMANDATIONS DE L’ASSOCIATION EUROPÉENNE DES AUDIOPROTHÉSISTES (A.E.A.)P.639



©2017 Collège National d'Audioprothèse - Tous droits réservés - Site réalisé par Audition France Innovation